LA bibliographie de feu du festival Littérature, conflits, etc.

LA bibliographie de feu du festival Littérature, conflits, etc.

SAMEDI 17/10

Cinquante grammes de paradis
20,00

Revenue à Beyrouth en 1994, Maya découvre, au cours du tournage d’un documentaire sur la reconstruction du centre-ville, une sacoche abandonnée dans un immeuble en ruine. À l’intérieur, parmi des photos et documents d’avant la guerre civile, le journal posthume d’une certaine Noura, journaliste syrienne en exil, et les lettres d’Istanbul de son amant Kamal. Dès lors, elle se sent investie d’un devoir impérieux : reconstituer l’histoire tragique de ce couple. Son enquête va exhumer de lourds secrets, grâce à Sabah, l’amie de la disparue, mais surtout faire basculer le fragile équilibre de la vie de Maya. Avec cette fresque vibrante, Imane Humaydane révèle l’intrication des
oppressions patriarcales, confessionnelles et politiques dans ce Moyen-Orient de la fin du XXᵉ siècle. Un puissant désir d'émancipation féminine s’y déploie envers et contre toutes les formes de barbarie.
Imane Humaydane est née à Ayn Enoub (Liban) en 1956. Romancière, journaliste et anthropologue, elle a consacré sa thèse aux récits des familles de disparus pendant la guerre civile libanaise.


VACHE ENRAGEE

Trantraal Nathan

Lanskine Ed

16,00

Ce premier recueil de poèmes de Nathan Trantraal écrit en kaaps, dialecte
afrikaans parlé majoritairement par les « métis » des classes populaires du Cap qu’il revendique comme une langue à part entière, présente au lecteur la dure réalité de la vie dans les townships des Cape Flats. Les poèmes racon­tent : pauvreté, consommation de drogue, activités de gangs, sexe, etc.

Trantraal ne rend pas la vie belle et précieuse : les familles dont il parle vivent des expériences que les autres ne lisent que dans les journaux. Mais s’y mêlent aussi des références à Kafka et Vermeer, pour dire que la vie et l’art sont plus grands que les Cape Flats.


Brûler brûler brûler
12,00

« Te faire douter. Te faire avoir peur. Te faire avoir honte De ta couleur. Qui oubliera ? Qu’à un noir, On disait tu… »

Antiracistes, féministes, politiques, les mots de Lisette Lombé font battre le pavé et le coeur. Le poing levé, à coups de mots et de collages, elle dénonce les injustices et poursuit le combat de ses aînées, d’Angela Davis à Toni Morrison.


La douleur des mots
9,80

C'est en 1994 que l'Afrique du Sud a organisé, pour la première fois de son histoire, des élections libres et démocratiques. Dans les mois qui suivirent fut créée la Commission Vérité et Réconciliation chargée de dresser un état des lieux des violations des droits de l'homme perpétrées entre 1960 et 1993. Son objectif : faire éclater la vérité publiquement afin d'éviter que de tels drames ne se reproduisent.
A partir de 1996 et pour plus de deux ans, chaque jour ou presque apportait aux Africains du Sud son lot de terribles révélations concernant le passé du pays.
La poétesse Antjie Krog a couvert ces événements pour la radio nationale. Elle s'est engagée avec ferveur auprès de ceux qui ont pris la parole dans le cadre de la Commission ou dans son sillage, et cela pendant quatre ans. De la Commission de Réconciliation à la conférence de presse de Robben Island en 1998 en passant par les témoignages des victimes, les missions des agents de l'apartheid, l'entrée en scène de Winnie Mandela et la conférence de presse de l'ancien président P. W. Botha, Antjie Krog est là, elle écoute, enregistre, diffuse et souffre...

Aussi poignant que percutant, ce livre est un document qui donne la parole aux oppresseurs et aux opprimés à travers le récit de cette femme qui ne cache rien de ses impressions, de ses émotions, de ses indignations ni de ses questionnements face aux témoignages de ceux qui ont rencontré brutalement et souvent tragiquement le cours de l'histoire.


Ni pillard, ni fuyard, poèmes, 1969-2003

poèmes, 1969-2003

Le Temps qu'il fait

14,00

Des poèmes à la fois rugueux et riches en métaphores, où l'engagement politique et le féminisme ne se départissent jamais d'un amour profond pour ses proches et pour les paysages de son pays.